Montréal, berceau de l’industrie du disque


C’est dans la métropole québécoise et, en particulier, dans le quartier St-Henri que se sont écrites plusieurs pages importantes de l’histoire de l’industrie du disque. En effet, c’est dans les immeubles du quadrilatère de ce quartier, bordé par les rues Lacasse, St-Antoine et Lenoir, qu’ont prospéré trois des entreprises les plus célèbres de l’histoire du disque. D’abord, la Berliner Gramophone Company, fondée par l’inventeur du gramophone, Emile Berliner, qui fut en opération de 1900 à 1924. Puis, la Victor Talking Machine Company, fondée aux États-Unis en 1901 par un associé de Berliner, Eldrige Johnson, qui se porta acquéreur de la Berliner Gramophone en 1924 et poursuivit ses opérations jusqu’en 1929. Vint ensuite la RCA (Radio Corporation of America), créée en 1919 par un consortium d’entreprises américaines, qui acheta à son tour la Victor et créa la désormais très célèbre RCA Victor. Cette dernière entreprise allait conserver ce nom pendant plus de 40 ans, avant de reprendre celui de RCA en 1970 qui donna place en 1987 à celui de BMG Musique.